BIM : le collaboratif indispensable à la filière bâtiment-construction

posted in: Enjeux secteurs | 0

architecture projectPermettre à tous les acteurs de la construction et du bâtiment de travailler ensemble sur une seule et même plate-forme collaborative : c’est ce que propose le BIM. Un outil riche et complexe qu’il faut apprendre à maîtriser, sous peine de lui faire perdre une grande partie de son efficacité.

Le BIM, ou Building Information Modeling, en français la Modélisation des données du bâtiment, est une sorte de couteau suisse : comme celui-ci, il réunit en effet de multiples outils qui d’ordinaire sont séparés. Différence essentielle en revanche : alors qu’un seul utilisateur à la fois peut se servir du couteau, l’intérêt du BIM est précisément de favoriser une utilisation partagée et simultanée.

En permettant aux architectes, aux ingénieurs, aux artisans, aux constructeurs ou encore aux économistes de travailler en même temps sur une seule et même plate-forme, le BIM simplifie les procédures, favorise la collaboration, réduit les délais, diminue les doublons, les défauts, les erreurs, etc.

 

Collaborer mais avec un spécialiste qui coordonne 

Mais pour que cela soit, il faut bien sûr que chaque intervenant l’utilise parfaitement. Il faut tout d’abord que chacun maîtrise son volet métier : l’architecte tout ce qui concerne l’architecture, l’ingénieur ce qui relève du bureau d’études, l’économiste de l’économie, etc. Mais à tous ces spécialistes doit s’en ajouter un autre, dont l’expertise est l’outil BIM en lui-même.

Ce professionnel doit faire en sorte que tous les intervenants travaillent ensemble à l’unisson, comme un chef d’orchestre guide ses musiciens. Il doit en outre veiller aux évolutions techniques et mises à jour de la plate-forme, aux modifications légales et réglementaires, etc.

Alors que des formations au métier de BIM Manager se mettent en place, les résistances à ce nouveau mode de travail collaboratif sont encore nombreuses, quel que soit le métier, notamment parce qu’il bouleverse les habitudes de travail.

Les pouvoirs publics se sont quant à eux ouvertement déclarés en sa faveur et souhaitent l’encourager et accompagner la mise en œuvre. Ils ont ainsi mis en ligne un site Internet consacré au Plan transition numérique dans le bâtiment.

L’exécutif est le plus souvent accusé d’être en retard sur les acteurs de terrain. Ceux du bâtiment et de la construction vont-ils le laisser être pour une fois en avance ?

Leave a Reply