BIM, pour conjuguer bâtiment et environnement

posted in: Enjeux secteurs | 0

BIM, développement durable

Le BIM, c’est-à-dire la modélisation des données du bâtiment, permet de travailler mieux, plus vite, tout en anticipant. C’est aussi un moyen d’éviter le gaspillage, de réduire la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Et il y a de quoi faire…

Créée lors de la COP21, l’Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction, qui fédère vingt Etats et une cinquantaine d’acteurs, a pour finalité la réduction de l’impact environnemental du bâtiment.

Une ambition que partagent en France le Plan bâtiment durable et le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique…
Pour atteindre cet objectif, les métiers de la construction disposent aujourd’hui d’un outil : la modélisation des données du bâtiment, ou BIM (Building Information Modeling). 

 

Pour résumer, BIM est une maquette multidimensionnelle couplée à une plate-forme collaborative à laquelle prennent part tous les intervenants d’un projet — maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, industriels, artisans…  

 

Grâce à BIM, la construction devient durable

Aux 3D habituelles peuvent s’ajouter les dimensions temps, coût, comportement structurel, impact environnemental, comportement thermique, etc. Grâce à cette approche globale et partagée, BIM ne s’intéresse donc pas aux seules conception et construction du bâtiment, mais aussi à l’exploitation, à la maintenance, voire au démantèlement en fin de cycle.

 

Cette modélisation permet à la fois une vision à long terme et un raccourcissement des délais. Elle limite en outre les conflits, les incompréhensions et participe à la réduction de la non-qualité des ouvrages, qui, selon l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa), coûte chaque année entre 15 à 20 milliards d’euros.

Les enjeux de développement durable rendent plus précieux encore les avantages procurés par cet outil, qui permet à toutes les parties prenantes de travailler plus vite, plus juste, tout en préparant l’avenir.

Et le défi est considérable : selon l’Ademe, le bâtiment représente plus de 40 % de la consommation d’énergie en France et près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Ces enjeux environnementaux nécessitent ainsi de redéfinir intégralement les méthodes de conception et de construction, l’exploitation, l’entretien, la rénovation et le recyclage autrement dit le cycle de vie des bâtiments.

Le tout en garantissant la qualité définie par les normes mondiales pour répondre au niveau d’exigence technique en particulier sur les chantiers de constructions neuves.

Pour les professionnels cela implique de nouvelles méthodes de travail et connaissances métier qui nécessitent à court terme une adaptation des compétences.

 

Lire également :

Le BIM, utile au développement durable

Leave a Reply