DSI : savoir évoluer pour retrouver sa place

posted in: Enjeux RH | 0

transformation numérique des métiers, appareils connectés

D’un côté des Métiers qui accaparent une part de plus en plus importante des développements technologiques dans l’entreprise ; de l’autre la montée en puissance des Datas qui redonne de l’importance à la DSI. L’heure est au grand chambardement…

Une DSI en (r)évolution

Les transformations technologiques à l’œuvre dans l’entreprise sont telles que les responsables des Directions des Systèmes d’Information (DSI) semblent avoir accepté d’harmoniser leurs objectifs avec ceux des autres directions. En conséquence, le rôle qui se dessine pour la DSI est celui d’un fournisseur de services, d’un spécialiste de l’innovation qui accepte de partager son savoir.
Mieux, qui incite les autres à innover. Car il y a urgence : selon une étude récente, 59% du budget informatique des entreprises françaises sont aujourd’hui consacrés au développement de projets métiers. Et d’ici à la fin de la décennie, 90 % de l’informatique ne relèvera plus de la responsabilité de la DSI.

Malgré cela, cette DSI reste pour la plupart des entreprises le service le plus à même de mettre en œuvre la technologie à grande échelle. Elle est encore perçue comme étant la plus efficace, la seule capable de projets informatiques d’envergure.

Pour exploiter et développer ces atouts, la DSI doit cependant prendre de l’avance sur les Métiers ; elle doit ainsi en savoir plus qu’eux sur les nouveautés numériques. Elle doit aussi expérimenter, veiller, anticiper et savoir se projeter deux à quatre ans dans le futur. Elle doit redevenir LA source technico-informatique en proposant, par exemple, un stock d’applications dans lequel se fournir librement. Bref, la DSI proposer de nouvelles solutions et faciliter le travail de tous, tout en assurant les questions de sécurité.

Veille, écoute et collaboration semblent être les ingrédients d’une nouvelle DSI.

Nouveau rôle, nouveaux informaticiens

L’émergence du Big Data peut en outre redonner à la DSI sa place centrale et lui permettre de s’imposer sur les projets complexes. Pour exploiter les technologies d’infrastructure et de calcul propres au Big Data, la DSI a cependant besoin de spécialistes. Or, la nouveauté de ces technologies ne permet pas de recruter des professionnels reconnus, diplômés.

Faute de profils spécialisés, la DSI doit faire appel à des compétences pluridisciplinaires, parfois empiriques, qui associent infrastructure, développement, statistiques, organisation, etc.
L’arrivée de ces informaticiens « différents » peut même aider à renouveler les relations entre DSI et Métiers. D’autant que l’approche commerciale et marketing du Big Data est également indispensable puisqu’il s’agit, après analyse, de fournir aux Métiers les informations dont ils ont réellement besoin.

Leave a Reply