Génération Y – génération IT ?

posted in: Enjeux RH | 0

Generation YLa génération Y, quelques 21 millions de français nés au tournant du millénaire, a fait grand bruit. Spontanée, optimiste, à l’aise avec le web, cette vague montante, décrite comme forte et nombreuse, semble prédestinée à relever les challenges technologiques. D’autant qu’elle en adopte les évolutions avec enthousiasme. Pourtant, nombre de professionnels de notre secteur ont décrit les interrogations et les difficultés d’intégration soulevées par cette génération hors normes.

 Que penser au final des Y ?

  • Ont-ils la clef pour comprendre un monde connecté?
  • Lisent-ils les codes sociaux tacites qui nous inondent ?
  • Voguent-ils au contraire à la dérive, trop obsédés par “l’instant” pour prendre un solide encrage ?

 Il semble utile de reprendre les attributs prêtés à la « génération Y » puis de poser les exigences propres à nos métiers, et plus particulièrement à la vente de solutions complexes avant de voir comment tirer, ensemble, le meilleur parti de nos différences.

 Qui sont ces Y ?

Caractérisée initialement par un positionnement sur la pyramide des âges, puis par un système de valeurs distinctif, cette fameuse génération Y semble tout de même avoir les aspirations de tout un chacun : vie familiale, confort matériel, sécurité de l’emploi, préparation de l’avenir. Ne voit-on d’ailleurs pas des banques proposer des solutions retraite à ces jeunes qui débutent dans la vie active !

Sous cet angle, ces techno-boomers paraissent moins différents à première vue.

  • Surtout, les spécificités des Y sont-elles intrinsèques ou bien dictées par le contexte ?
  • Est-il étonnant que les Y revendiquent plus de liberté et d’indépendance dans un contexte de sécurité toute relative en matière d’emploi?

De fait, au sein même des Y, il est peu probable qu’il existe une parfaite homogénéité. Ceux nés dans les années 80 pensent-ils ou se comportent-ils exactement comme ceux nés dans les années 90 ? L’objet de cet article n’est pas de lancer un énième débat sociologique sur la « génération Y » tant l’on peut à l’évidence trouver des différences au sein de cette population.

Pour autant, des traits communs se dessinent : ces jeunes actifs ou futurs actifs ont une façon différente d’appréhender le monde professionnel et le disent sans détours.

 •         Moins attachés à l’entreprise qu’à un poste, ces jeunes désirent un meilleur équilibre vie professionnelle et vie personnelle, ce qui est souvent perçu comme de l’individualisme ou un manque d’engagement par leurs aînés.

 •         Très diplômée, elle semble avoir les cartes en main pour relever les défis de l’entreprise en matière de compétitivité.

 •         Sensible au management et à la communication, ambitieuse et idéaliste, elle montre une certaine défiance vis-à-vis du manager.

 •         Maîtrisant la technologie connectée, la génération Y l’utilise de façon spontanée et intègre la dynamique des réseaux.

 •         Polyvalents, adaptables, enthousiastes, ces jeunes exigent que l’on donne un sens à leur action et sont très peu sensibles aux us et coutumes conventionnels,

 •         Très orientés réalisations ils ont des attentes fortes vis à-vis de leur manager et souhaitent être informés, intégrés et impliqués.

 •         Cependant, les Y se caractérisent aussi par leur impatience, rapidement ennuyés, animés par la satisfaction immédiate de leurs besoins, ils concèdent volontiers eux-mêmes qu’ils font peu d’efforts pour la réaliser.

Cette description des générations Y ne rejoint-elle pas sur certains points les attentes de leurs aînés ? Finalement de quoi s’agit-il ? De reconnaissance, de rémunération, d’ambiance au travail et de bien-être.

Autant d’exigences que les recruteurs et employeurs doivent intégrer. Dorénavant, du point de vue de ces techno boomers le contrat (de courte durée si rien n’est mis en place pour fidéliser ces jeunes salariés) doit être d’égal à égal ou dit autrement, gagnant-gagnant.

Ce profil Y est-il adapté à l’univers IT et quels sont les enjeux pour la vente de solutions complexes ?

Les entreprises du secteur des nouvelles technologies témoignent d’une réelle volonté d’intégrer ces jeunes professionnels. D’autant plus volontiers qu’ils sont familiers des technologies de l’information et de la communication (TIC).

Sont-elles bien inspirées ?

Certainement la Technologie n’est pas une simple affaire d’appétence ou de maitrise de gadgets connectés. La science est souvent affaire de constance et de discipline intellectuelle. Même si le savant d’aujourd’hui voit défiler les innovations bien plus vite que ses ainés, c’est au final moins le flux qui compte que le sédiment des savoirs et l’application que l’on porte aux détails et aux fondamentaux.

Leave a Reply