IoT : à la recherche des nouveaux spécialistes

industry 4.0 - 2014_04 - 01Des objets, il y en partout, de toutes tailles et formes, avec toutes les fonctions. Des objets de la vie quotidienne ou à usage professionnel. Bientôt, beaucoup d’entre eux seront reliés à Internet, par de nouveaux spécialistes que les entreprises commencent déjà à recruter.

 

Toute révolution technologique détruit des emplois, le plus souvent peu qualifiés, mais elle en crée aussi de nouveaux.

La question est de savoir si ceux-ci excèdent ceux-là, ou l’inverse. Les milliers de robots qui parcourent déjà les hangars d’Amazon ont ainsi été commandés, déployés, programmés et mis en service par des humains, dont c’est le métier.

Schématiquement, les sociétés technologiques, les spécialistes de la logistique, les entreprises qui conçoivent et fabriquent des appareils grand public, mais aussi toutes celles qui désirent rationaliser et superviser davantage leur processus de fabrication, toutes vont être concernées par l’Internet des objets.

Selon le cabinet Gartner, 8,4 milliards d’objets connectés seront utilisés cette année à travers le monde, contre 6,3 milliards en 2016. La recherche des spécialistes se fera de plus en plus pressante pour les entreprises pour qui l’IoT est perçu comme un fort levier de croissance.

Petit focus sur 2 profils complexes et polyvalents entre business et technologie.

Des consultants… 

Au premier rang des nouveaux métiers dont elles ont ou auront besoin figure le directeur de l’Internet des objets, le Chief Internet of Things Officer (CIoTO).

C’est lui qui est censé superviser la montée en puissance de l’Internet 3.0. Rompu aux nouvelles technologies, à l’aise avec le marketing et la relation client, il est en outre au fait des grands enjeux de son entreprise et des défis qu’elle doit relever. Il peut à ce titre appartenir au petit cercle des cadres dirigeants.

L’analyse et la sécurisation des données sont aussi de son ressort. Il doit à la fois veiller à ce que les données collectées par les objets connectés soient correctement utilisées, pour permettre par exemple au marketing de proposer les produits que les clients désirent.

Il doit aussi veiller à ce qu’elles soient sécurisées, pour qu’elles ne tombent pas entre de mauvaises mains.

Polyvalent, le CIoTO, ingénieur, informaticien ou issu d’une école de commerce et de management, est un chef d’orchestre qui sait travailler avec des spécialistes et en équipe pluridisciplinaire.

 

Des profils créatifs et visionnaires également

Parmi eux, le IoT Business Designer. Plus créatif que technicien, celui-ci doit être à l’écoute du marché pour percevoir ces signaux faibles qui deviendront tendances lourdes et pour les exploiter avant les autres et assurer ainsi une longueur d’avance à son entreprise.

Le IoT Business Designer ne doit pas développer les objets connectés pour faire comme les autres ou pour se faire plaisir, mais parce que les clients le demandent ou le demanderont.

L’IoT réunit le monde virtuel d’Internet et celui, on ne peut plus concret, de la production d’objets. Pas étonnant donc que les compétences demandées soient riches et variées.

Il serait cependant prématuré de définir avec précision ce que seront ces nouvelles fonctions. Ce qui est certain c’est que l’IoT remodèle le marché de lemploi.

Cela d’autant que les technologies n’ont jamais évolué aussi vite qu’aujourd’hui.

 

Leave a Reply