Quelle place pour la DSI à l’heure du Cloud Computing?

DSI-Cloud-ComputingL’indépendance technique des métiers dans les entreprises, grâce au Cloud Computing notamment, remet en cause le rôle de la DSI. Pourtant, l’informatique dans les nuages n’empêche pas de garder les pieds sur terre. Et à cet égard, la mission de la DSI reste centrale, mais différente.

Chaque jour et où que l’on soit, on peut aujourd’hui bénéficier de prestations technologiques au moins équivalentes à celles dont on dispose au travail. Au sein des entreprises, les directions métiers deviennent techniquement indépendantes en s’attachant elles-mêmes les services de prestataires extérieurs, pour stocker leurs données notamment.
De leurs côtés, les services informatiques ont encore la maintenance des postes de travail et des serveurs comme principales préoccupations… Heureusement, lorsque l’on interroge les DSI, le Cloud Computing figure désormais en bonne place parmi les principaux chantiers qu’elles ont à mener.
Plusieurs études internationales estiment à près de 30 millions le nombre de futurs emplois de ce nouveau secteur dans le monde, soit environ un quart de l’ensemble des professions informatiques. Or, les compétences demandées ne sont pas toujours en adéquation avec celles des informaticiens en poste.

Repenser le rôle de la DSI

Pour retrouver sa place au sein des entreprises, la DSI ne doit plus subir les changements imposés par d’autres, en termes de Cloud Computing en particulier, mais au contraire s’emparer de ces changements pour en devenir le pilote. En effet, la prise en main du « nuage » par les métiers n’est pas sans conséquence.
Faute de gestion centralisée, les données se retrouvent éparpillées hors de l’entreprise, tandis que le manque de connaissances techniques solides entraîne, parfois, la signature de contrats mal adaptés aux besoins.
C’est par le conseil, l’expertise et le pilotage que la DSI peut réaffirmer son rôle stratégique. Il s’agira pour elle d’épauler les directions métiers, de les aider à trouver les bons sous-traitants et à négocier les contrats. Elle pourra par exemple élaborer des cahiers des charges auxquels tous pourront se référer.

Les profils purement techniques sont appelés à céder la place à d’autres, plus polyvalents et utilisant la langue de tout le monde… Il s’agira alors de faire corps, de parler d’une même voix pour trouver, à l’extérieur, les prestations les plus avantageuses pour l’ensemble de l’entreprise.

Leave a Reply