Supply chain et Usine du futur, la nécessaire efficacité opérationnelle

posted in: Enjeux secteurs | 0

Supply-chain-Usine-futurDepuis quelques temps, l’usine connectée ou industrie 4.0, est indiquée comme le nouveau modèle permettant aux machines, outils et postes de travail d’interagir pour développer la performance des processus de fabrications industriels.

 Ainsi, pour accompagner les entreprises dans ces mutations majeures, le système d’information logistique doit acquérir assez d’efficience pour assurer la visibilité lors des échanges de données pour fabriquer et distribuer les produits avec efficacité.

La supply chain face aux défis de l’usine du futur

Tous les secteurs sont touchés par la globalisation depuis plusieurs années. A ce contexte s’ajoute la révolution numérique accompagnée par les nouveaux moyens de communication liés à Internet. Certains secteurs plus que d’autres sont concernés par cette digitalisation tant au niveau de leur organisation, qu’au niveau de leur production. De plus, la gestion de la chaine logistique se trouve complexifiée par le cycle de vie des produits plus courts, la nécessité de mettre sur le marché des produits innovants et de répondre à des clients qui utilisent les évolutions du digital pour accéder à l’information (smartphones, tablettes etc…) et commander à n’importe quel moment, tout en espérant une livraison rapide.

Dans ces circonstances, un des points critiques est la variation des demandes clients. L’entreprise devra être en mesure de réagir à ces modulations afin de modifier les plans de fabrication voire de réorganiser les processus en fonction des situations et d’optimiser le transport. La performance du système d’information et des process d’échanges et d’accès aux données stockées est primordiale pour la fabrication et la livraison des produits.
On peut citer comme effet de cette nouvelle étape industrie 4.0 et de la nécessité de rationaliser la logistique, l’acquisition de robots ou drones par des acteurs industriels.
Plus proche de la distribution de produits – et pour optimiser sa gestion logistique – un géant du e-commerce a racheté la société de robotique Kiva systèms, créateur du robot autopropulsé. Dans les entrepôts, ces robots permettent de récupérer et de transporter des palettes de colis à leur point d’expédition optimisant ainsi la gestion de l’entrepôt.

Aussi, la supply chain doit répondre par une flexibilité et une adaptabilité accrues de l’usine et de l’entrepôt, l’industrie numérique « proposant des sites de production composés d’objets intelligents, communicants et liés dans un réseau lui-même relié à l’extérieur ». Se pose alors le défi de la collaboration entre les différents acteurs : entreprise, partenaires, clients… l’entreprise étendue en somme.

Entreprise étendue, supply chain « étendue »

Là encore, c’est la gestion, la mise en perspective et l’échange de données qui est au centre des préoccupations. Il s’agit de construire une supply chain intelligente et efficiente capable d’extraire, de croiser et d’analyser les données provenant de différents systèmes d’information. L’enjeu est de pouvoir mettre en place une planification prévisionnelle incluant le client final, les fournisseurs, les autres sites de production en utilisant des données fiables et en temps réel.

Ainsi, le flux amont et aval des informations entre l’entreprise et ses partenaires est maintenant plus complexe. La logistique collaborative est d’autant plus importante qu’elle doit assurer un service de qualité et une fluidité optimisée. La technologie cloud donne la possibilité aux différentes parties prenantes de partager des informations pour améliorer la chaine de valeur supply chain.
Un des points de vigilance dans l’usine du futur consiste à créer une « réplique virtuelle » du fonctionnement de la chaine pour produire des simulations et des tests.
De ce fait, prendre en compte la perturbation de la chaîne d’approvisionnement demeure une réalité critique pour toute opération dans le cadre de l’entreprise étendue.

Néanmoins, de nouvelles avancées dans la technologie d’analyse de la chaîne d’approvisionnement devraient faciliter la création de scénarii de simulation de rupture de cette chaîne. Les spécialistes pourront ainsi modéliser les implications de ces ruptures pour la supply chain et l’entreprise dans son ensemble, pointer des résultats hypothétiques en tenant compte des aléas et dysfonctionnements et anticiper les actions à mener.

Ces points critiques de communication continue et en temps réel, de flexibilité et de distribution efficiente des ressources exigées par les « smarts industries » pour assurer une productivité accrue, laissent présager un besoin en compétences dans l’expertise de supply chain management intégrant les enjeux de la mutation de l’industrie vers une organisation plus connectée. Le but étant de travailler sur des projets de supply chain dont la finalité est d’améliorer les processus et de permettre l’excellence et la maîtrise de la chaine logistique.

Leave a Reply