L’entreprise étendue, un modèle pour demain ?

Classé dans : Enjeux RH, Enjeux secteurs | 0

Entreprise entendueAccès à l’information, renouvellement accéléré des technologies, mise en réseau, mondialisation, tout concourt à transformer les organisations humaines. Parmi elles l’entreprise traditionnelle, qui tend à disparaître au profit d’une autre, reliée et plus ouverte. Une entreprise étendue.

L’entreprise s’étend désormais de ses fournisseurs à ses clients. Si ce schéma se dessine clairement, les entreprises l’ont-elles pour autant intégré ou se contentent-elles de le subir ? L’entreprise est-elle devenue étendue ou en est-elle encore au stade d’une dilution progressive et non contrôlée ?

Au sein de son périmètre propre, l’entreprise a de plus en plus recours à des ressources externes, par la connexion permanente de ses membres à Internet notamment. Elle est désormais à la fois dedans et dehors.

 

De l’entreprise au réseau de partenaires

Avec la mondialisation, les sociétés sont devenues des réseaux internationaux de partenaires (fournisseurs, sous-traitants, distributeurs…), et cela ne concerne pas que les plus importantes, de toutes petites entités faisant elles aussi appel à des forces extérieures. Comment dès lors contrôler la confidentialité et la qualité ; comment protéger les savoir-faire tout en les partageant ?

En impliquant chaque maillon de la chaîne pour lui faire comprendre son rôle et son importance, pour qu’il ait conscience de participer à un projet commun. Et en instaurant la confiance. Les entreprises ont en effet accès à des savoirs et à des compétences également accessibles aux autres. Aussi doivent-elles apprendre à se différencier pour séduire, attirer et fidéliser. La concurrence exacerbée concerne autant la recherche de talents que celles de nouveaux clients.

Au bout de la chaîne et grâce aux réseaux sociaux, les entreprises peuvent à présent recueillir l’avis des clients ; elles peuvent impliquer ces acheteurs dans la création d’un produit, les « utiliser » comme ambassadeurs, comme « vendeurs »… Mais encore faut-il là aussi édicter des règles pour en dire assez sans en dire trop, pour écouter sans se laisser guider sa conduite.

Les frontières traditionnelles de l’entreprise s’effacent. Faut-il les supprimer totalement ou en instaurer de nouvelles, plus diffuses, englobant tous ceux qui la font vivre ? Une question qui se pose aussi, bien que différemment, à l’échelle des pays et des continents. Bref, à l’écosystème dans son ensemble.

Laisser un commentaire