Secteur automobile et innovations futures : adapter une vieille industrie

Classé dans : Enjeux secteurs | 0

Connected cars - smart traffic lights

Née à la fin du XIXe siècle, l’automobile n’échappe pas aux transformations qui chamboulent la société dans son ensemble. Comment pourrait-il en être autrement ? Elle doit en effet, désormais, s’adapter aux enjeux du XXIe.

Notre époque est celle de la mobilité et de la technologie. Or qu’est-ce qu’une automobile si ce n’est un outil de haute technologie tout entier voué à la mobilité ?

Communication, numérique et automobile seraient donc faits pour s’entendre. Sans doute. Sauf que les solutions déployées dans une voiture ne sont pas exactement celles qui se multiplient dans la vie quotidienne.

Bien sûr un véhicule aura toujours un moteur, des roues, un toit, des sièges, etc. En revanche, il est probable qu’à l’avenir le bon vieux moteur, aussi perfectionné soit-il aujourd’hui, au mieux partagera sa place, au pis sera remplacé par un autre moteur, électrique cette fois. En soi, celui-ci n’est pas une nouveauté, pas plus que le moteur à explosion.

Ce qui l’est en revanche, ce sont les nouvelles solutions qui se perfectionnent pour stocker et distribuer l’électricité. A ces progrès s’ajoutent des préoccupations environnementales de plus en plus incompatibles avec l’utilisation intensives des énergies fossiles. Quant au numérique et aux nouveaux moyens de communication, ils modifient l’utilisation que l’on fait de la voiture, l’usage se substituant à la possession.

Tous ces éléments modifient en profondeur l’image de l’automobile.


Une auto pensée, fabriquée et utilisée autrement

L’autopartage se propage en ville, tandis que les dernières générations de batteries permettent aux voitures électriques de quitter les agglomérations pour s’aventurer à la campagne.

Des navettes autonomes sont même testées ici et là, à Lyon et à Paris notamment.

Bref, la voiture traditionnelle restera sans doute encore incontournable demain pour parcourir de longues distances. Mais pour le reste…

La façon dont on utilise la voiture va se transformer, comme va se transformer la façon dont on la fabrique.

Hybridation, moteur électrique, nouveaux matériaux, informatique embarquée, conduite autonome, traitement des données et économie d’énergie seront au centre de la conception et de la production des automobiles.

En conséquence, de nouveaux métiers et compétences seront recherchés tels que les spécialistes des moteurs alternatifs, les ingénieurs spécialistes des radars et détecteurs de présence, les développeurs pour construire les logiciels embarqués ou encore des spécialistes de l’impression 3D pendant que d’autres disparaîtront.

Une fois encore les compétences et la formation seront vitales pour que naisse la voiture du futur.

Quant aux constructeurs automobiles, s’ils veulent ne pas être relégués demain au rang de sous-traitants des géants de la technologie, ils vont devoir écouter la société, ses préoccupations et ses envies. Quitte à revoir et leur culture et leur modèle économique.

Laisser un commentaire